Le Sibérien et ses Robes

Avant l’arrivée du Sibérien en Europe, la Russie a restauré sa population féline en y insérant des centaines de chats après la seconde guerre mondiale. Cela a bien naturellement eu pour conséquence de provoquer des accouplements aussi bien naturels, lorsque les chats apportés de Sibérie ont rencontrés ceux qui avaient été réintroduits. C'est donc une race naturelle riche en couleur.

Il existe deux types de chat Sibérien, celui dit "Classique" et le "Neva Masquerade" (Newskaja Maskaradnaja). Leurs morphologies sont identiques mais ils se distinguent au niveau de la robe (couleurs et motifs) et de la couleur des yeux.

 

Le Neva Masquerade est une variante de couleur du chat sibérien distinction faite par sa robe de type 'color point'. Les Sibériens "Color Point" sont apparus en même temps que les Sibériens à couleurs traditionnelles (brown tabby, silver tabby, red tabby, etc.).

 

A cette époque le croisement avec des Persans ou avec des Sacrés de Birmanie semble très peu probable. Le premier Persan 'color point' importé de Russie date de 1991. En ce qui concerne le Sacré de Birmanie cette race a été décimée à la fin de la seconde guerre mondiale où il ne restait qu'un couple (Orloff & Xénia de Kaabaa) dont sont descendants, d’après le Livre d'Origines de la Fédération Féline Française 'LOOF', tous les Birmans présents actuellement dans le monde.

 

Mais des croisements récents naturel ou volontaires issus de programme d’élevage ont fait apparaitre chez le Sibérien des nouveaux gênes (locus) qui ont permis d'avoir des yeux bleus, des robes points et du blanc.

C'est pour ces raisons que le chat Sibérien 'color point' appelé Neva Masquerade  a été admis au même titre que les autres couleurs dites traditionnelles. Cette appellation vient du fait que les premiers chats de ce type sont apparus sur les berges de la Neva.

 

Les mariages entre Sibériens classiques et Neva Masquerade sont tout à fait autorisés, les chatons qui naissent sont porteurs du gène "color point", mais peuvent être soit des Nevas Masquerade, soit des classiques. 


Les Robes pour le Sibérien Classique

D'un point de vue officiel, pour la robe du chat Sibérien, toutes les couleurs et patrons sont admises dans leurs différentes combinaisons à l'exception du lilas, cinnamon, faon et chocolat.

 

Comme tous les chats, le Sibérien né avec peu de couleur mais bien identifiable. Ces couleurs foncent et évolue avec l'âge, particulièrement durant la période hivernale où le patron se dessine. Chez le Sibérien, les éleveurs  préfèrent qu'il existe un bon contraste entre les points sombres et les points de lumières.

 

Les yeux peuvent être de toutes les couleurs sauf le bleu réservé uniquement aux Sibériens Neva Masquerade. La fourrure est dense et touffu, composé de 3 couches luxuriantes de poils (garde, jarre et sous-poil). En été, cette fourrure tombe est devient beaucoup plus court et classique.

Les Robes pour le Sibérien Neva Masquerade

Les chatons Neva Masquerade naissent tout blanc puis foncent progressivement. Le Sibérien Neva Masquerade aura obligatoirement les yeux bleus et une robe dite "Point". A titre d'exemple : Seal point, bleu point, red point, crème point, seal tabby point.

Ainsi il existe un quasi infinité de combinaison et de dilution chez les chats de couleur "Point". On les distingue cependant facilement car les oreilles, la queue, les jambes et le visage sont plus colorées que le reste du corps quant à lui plus lumineux. Ainsi, chez le Neva Masquerade, toutes les couleurs de base autorisées chez le Sibérien Classique sont également autorisées pour lui, y comprise les rayures "Tabby" (aussi appelées agouti).

Des Croisements Interdits

Depuis quelques temps déjà, des éleveurs tentent d'obtenir de nouvelles couleurs en croisant le Sibérien avec d'autres races. Ainsi des couleurs dites de "dilutions" comme le chocolat et le lilas sont désormais visible. Cependant le croisement entre race étant interdit, les chats obtenus par ces ne sont donc pas reconnus par les clubs de race. En outre, ces croisements risquent d'introduire des maladies héréditaires dans le patrimoine génétique du chat Sibérien, qui était jusqu’à présent très robuste.